******aa*******
Enquête mortalité hivernale 2014

LES CHIFFRES CLES A RETENIR


93 apiculteurs ont répondu au questionnaire ; 57% d’entre eux possèdent entre 1 et 24 colonies.

21,5% des apiculteurs ayant répondu possèdent des structures à plus de 200 colonies, détenant 71,6% des ruches.

La représentativité des données et des analyses est donc à nuancer selon la représentativité des apiculteurs (surreprésentation des petites structures) et celle des colonies concernées (surreprésentation des colonies possédées par des grandes structures).

 



10 366 colonies ont été mises en hivernage, 8 925 en sont ressorties dans un état correct.

Colonies en début d’hivernage

Colonies mortes après hivernage

Colonies sans valeur après hivernage

Colonies correctes après hivernage

10 366

729 soit 7%

712 soit 6,9%

8925 soit 86,1%

 

Le taux de perte global est ainsi de 13,9%.

En moyenne sur les structures apicoles ayant répondu, les taux de pertes sont de 14,2%, ce qui correspond aussi au taux moyen de pertes pour les exploitations de plus de 100 ruches, ainsi que grosso modo au taux de perte global sus-cité.

 




 

LE RESSENTI DES APICULTEURS


Quatre critères étaient proposés en considération du taux de perte (en moyenne habituelle sur l’exploitation) :

Critères

Avis des apiculteurs

Plus bas

35%

Dans la moyenne habituelle

33%

Plus élevé

15%

Exceptionnellement élevé

3%

Sans réponse

13%

 

68% des apiculteurs ayant répondu considèrent que le taux de perte a été dans la moyenne habituelle ou plus bas durant l’hiver 2013/2014.

Il semble que ce fut globalement un bon hivernage.

 

 

 

IDENTIFICATION DES CAUSES DE MORTALITES


Huit causes de mortalité suspectées étaient proposées, trois sont notables :

  • 1-   Pertes car la colonie était bourdonneuse pour 39,2% des cas.
  • 2-    Pertes à cause du CCD (Colony Collapse Disorder) pour21,2 % des cas.
  • 3-    Pertes dues à la faiblesse des colonies pour 13,3 % des cas.

Il semblerait ainsi que veiller à l’automne à hiverner des colonies à reines dynamiques (jeunes) et populeuses puisse permettre de passer un meilleur hivernage.



Raison de la perte

% de perte

Colonie bourdonneuse

39,2

Faiblesse des colonies

13,3

Maladie

7,4

CCD

21,2

Faim

3,9

Accidents

1,4

Intoxications

1,2

Frelon asiatique

1,7

Autres

10,7

 

 

 

 

 

 

 

 

 








PERTES HIVERNALES ET GESTION SANITAIRE DU VARROA


Des précisions sur la méthode de lutte contre Varroa ont été recueillies selon six profils retenus :

  • Profil a. Traitements considérés a priori comme insuffisants : pas de traitement ; traitement tardif (après le 1er octobre); thymol, acide formique ou acide oxalique en emploi unique ; emploi d’un « autre » principe actif (différent de ceux listés dans les profils) utilisé seul ou en complément de thymol, d’acide formique ou d’acide oxalique
  • Profil b. Traitements avec médicament AMM Apivar® (amitraze) ou Apistan® (fluvalinate), sans traitement complémentaire.
  • Profil c. Traitements à base d’amitraze ou de fluvalinate réalisés à partir d’une préparation extemporanée8, sans traitement complémentaire.
  • Profil d. Traitements en deux temps, une première intervention à base de thymol ou d’acide formique complétée par un second traitement (d’amitraze, fluvalinate ou acide oxalique).
  • Profil e. Traitements répétés deux fois ou plus, non classés dans les profils précédents.
  • Profil f. Deux traitements Apivar®, le premier appliqué en fin de saison et le second appliqué en fin d’hivernage. 

 

Profil

Nombre de structures concernées

Taux de pertes

A

14

20%

B

31

9%

C

4

28%

D

15

17%

E

21

16%

F

5

6%

Non annoncé

3

6%

 

On notera le faible pourcentage de pertes (9%)  pour des traitements à AMM (b) qui concernent 31 exploitations soit 33% des structures concernées ; à l’inverse, les traitements insuffisants ou extemporanés (a)(c)sont liés à de forts taux (20 et 28%) mais aussi à une faible représentativité (pour (c), 4,3% des exploitations sont concernées).

Une lutte efficace contre Varroa avant et pendant l’hiver semblent être de bons atouts pour un bon hivernage.

 

 


% de structures concernées pour différents intervalles de pertes hivernales selon les traitements varroa effectués.