Projet floraison tardive

L'ADARA, le L'ISETA (Lycée agricole de Poisy) et la Fondation Rurale Interjurassienne ont conduit sur la période 2012-2015 un travail de recherche sur la thématique de l'impact des floraisons tardives (également désignées par cultures dérobées) sur les colonies d'abeilles. Ce travail proposé dans le cadre de l'Interreg IV Franco-Suisse a mobilisé côté français des fonds de l'Union Européenne (FEDER), de la Région Rhône-Alpes et le Conseil Général de Haute-Savoie.

Le film ci-dessous présente l'ensemble des travaux réalisés durant ce projet et ses résultats. Voir également l'article de synthèse ici.

 





Rappel des objectifs du projet

- Evaluer l’intérêt d’implanter des cultures dérobées à potentiel pollinique et nectarifère pour améliorer le dynamisme des colonies d’abeilles domestiques et leur pérennité à la saison suivante.

- Prendre en compte la notion de rémanence des cultures antérieures aux cultures dérobées afin d’évaluer les risques de pollution des abeilles et des sources alimentaires allant à la ruche.

- Mettre à disposition les avancées techniques pour le monde apicole et agricole en au niveau national et transfrontalier afin de se mobiliser conjointement vers des pratiques agricoles innovantes et durables prenant en compte les enjeux de chacun.