******aa*******
Focus FCO


18 cas de FCO (Fièvre Catarrhale Ovine) ont été confirmés dans les départements de l’Allier, du Puy de Dôme et de la Creuse.
Pour rappel, la FCO est une maladie virale, transmise par des moucherons piqueurs. Les espèces sensibles à la FCO sont
les  ruminants domestiques (ovins, bovins, caprins) et sauvages.
 
Une note de service de la DGAL définit une zone de protection (100 km autour du foyer) et une zone de surveillance (150 km autour du foyer).


Pour suivre l’évolution des zones réglementées, vous pouvez vous rendre sur cette page du site internet du ministère de l’agriculture : http://agriculture.gouv.fr/liste-des-departements-et-des-communes-en-zone-reglementee-fco


Situation au 18/09/2015 :


 
Dans ces zones réglementées, il y a une restriction des mouvements d’animaux. Les sorties des zones de surveillances et de
protection ne peuvent se faire qu’à destination de l’abattoir, avec obligation de désinsectisation des véhicules de transport et
des bâtiments d’attente de l’abattoir. Pour les exportations (hors UE), les véhicules de transports et les animaux doivent être
désinsectisés.
En l'état actuel, les bâtiments d’élevage et leurs abords ne sont pas concernés par les obligations de désinsectisation. Par ailleurs, il a été démontré que la désinsectisation des abords des bâtiments n'est pas à recommander, elle présente plus de risques pour l'environnement que de bénéfices pour la lutte contre la FCO.
 
Les produits susceptibles d’être utilisés sont des pyréthrinoïdes et sont soupçonnés d’avoir causé les mortalités massives d’abeilles rencontrées dans les Pyrénées.
L’expérience de ce territoire nous apprend que :
-          le vecteur d’intoxication de l’abeille serait principalement l’eau
-          l’effet toxique sur l’abeille serait inversement proportionnel à la température, ce qui expliquerait que des dépopulations
massives se produisent plus tard dans l’hiver, au premier coup de froid.
 
 Dans l’attente de plus d’information, nous vous invitons à suivre les conseils suivants :
-        Installer un abreuvoir sur vos ruchers d’hivernage, dans la mesure du possible avant l’arrivée des colonies
-        Etre vigilant dans les zones à plus forts risques (par exemple, aux abords des abattoirs), déplacer les ruches et/ou faire des prélèvements de pain d’abeilles pour ces colonies (à conserver au congélateur, cf fiches ADARA  de recommandations pour les prélèvements).
-        Visiter régulièrement les colonies (toutes les 3 semaines)
-         En cas de problème sur les colonies (dépopulation), avertir immédiatement la DDSCPP de votre département et l’ADARA et se reporter au guide à télécharger ici
-          Rencontrer les éleveurs autour de vos ruchers pour les informer des éventuels dangers pour l’abeille et vous tenir informés
des traitements effectués. Il faut veiller à faire passer les messages suivants  :
-          Pratiquer l’application des produits en fin de journée, après la période de butinage des abeilles.
-          En cas de conditions météorologiques peu favorables (forts vents) susceptibles de dérive du produit sur des floraisons,
effectuer ces pulvérisations sous abri ou repousser l’application des produits lors d’ une période plus clémente.
-          Ne pas désinsectiser le matériel mobile comme les camions à coté de sites potentiellement mellifères (exemple : haies,
murs avec du lierre,…) et ne pas laisser de flaques de produit.
-          Lors de la désinfection des bâtiments d’élevage, merci de veillez à ne pas contaminer le fumier qui est attractif pour les
abeilles, elles en prélèvent certaines substances.
 
(Source ADAPIC)